iran

Samedi 7 janvier 2012 6 07 /01 /Jan /2012 05:43

Pour ne pas vous peindre un tableau seulement laudateur, on vous avoue que le trajet entre Rasht et Qazvin n'a pas été une partie de plaisir, rien de très grave, mais tous les Iraniens ne sont pas des enfants de choeur. Les sacs au dos, on quitte le centre ville de Rasht et on rejoint la route qui quitte la ville en direction de Qazvin... on y hèle bus, voitures, on se rabat finalement sur un bus pour Téhéran, où les billets sont à la tête du client... petit marchandage avec le mec du bus en charge des billets, qui malgré les sourires n'apprécie pas trop qu'on ne lui lache pas le triple du prix normal qu'il nous a demandé dans un premier temps... il nous le rendra bien, car lorsque le bus arrive aux abords de Qazvin, on lui a pourtant bien dit le quartier où l'on devait se rendre, il nous fait lacher en bord d'autoroute, et on se retrouve bien paumés dans le noir... coup de fil à Terme, notre hôtesse du soir, qui nous redonne son adresse, mais vu qu'on ne sait pas trop où l'on est! on finit par interroger un jeune à la porte d'une agence immobilière, on est visiblement dans un quartier bien périphérique, et lorsqu'on lui dit notre destination, il a l'air bien embêter, on comprend juste qu'on n'est pas arrivés! Les taxis dans la rue refusent de nous prendre, car on doit rejoindre un quartier d'habitation à l'autre périphérie de la ville, tout le monde est bien embêté, mais comme la journée est finie, le père de notre jeune, patron de cette agence, décide de fermer boutique, et de nous conduire en ville au point de départ des taxis collectifs pour notre quartier à nous! On échange juste quelques mots, mais on n'en a pas assez pour témoigner notre joie lorsqu'on trouve le point de départ de nos taxis partagés, un Iranien nous a mis dedans, un autre nous en sort! Quelques minutes plus tard, on arrive enfin dans la place, sans manquer qu'on a du longer l'autoroute, et qu'il y a un péage juste au niveau du lieu où habite Terme, le mec du bus semble nous avoir volontairement fait descendre trop tôt... on aurait pu finir à pied, mais bon, le taxi collectif sera sympa et nous déposera à la porte même de chez Terme, après avoir cherché un bon moment la bonne rue, le bon numéro... mais à peine la porte passée, Terme qui nous attendait depuis un bon moment, nous redonne de l'énergie par les odeurs de cuisine qui envahissent notre âme... L'hospitalité à l'iranienne!

 j-1--2-.JPGj 1 (3)

On rapporte ces quelques péripéties pour mieux témoigner de notre manière de voyager, par choix et par philosophie, on se refuse au tourisme organisé, mais pour l'instant on est aussi assez éloignés de la pensée qui soutend les us et coutumes des voyageurs en stop, car on ne veut pas vivre de l'air et de l'eau fraîche sués par d'autres... on a bossé, on a nos économies, on veut juste les utiliser à bon escient, en voyageant comme le feraient des gens de notre milieu social, des profs simples... On doit donc batailler un peu quand on nous imagine avec des moyens illimités, mais on sait aussi qu'on n'évitera pas les petites galères d'un point de vue pratique, car pour quelques euros de plus, le chauffeur serait la simplicité...
Le lendemain matin, on se pointe donc au rond-point à la sortie de Qazvin, en direction de la vallée de Moaallem Kelayeh, village proche de notre objectif de la journée, la citadelle d'Alamut. 

j 2 - alamut (1)

La nature est désolée mais superbe, car chaque point d'eau offre une petite oasis de verdure. Et les monts enneigés marquent notre parcours.

j 2 - alamut (5)

Alamut, pour faire simple, est un des lieux mythiques de la route de la Soie, mais surtout de l'histoire du Moyen-Orient, car c'est depuis cette citadelle perdue, que Hassan i-Sabbah, qui à la fin du XIème siècle organisa la secte des Assassins, qu'on appellera plus justement Nizarites, et qui sont des musulmans chiites ismaéliens. Ils jouèrent un vrai rôle politique à l'époque des croisades, car des envoyés du Vieux de la montagne commirent un certain nombre d'assassinats contre des dirigeants musulmans ou chrétiens, en fonction des intérêts de cette branche de l'islam. Marco Polo popularisa les légendes autour du fanatisme des disciples, qui se seraient donnés la mort de plein gré, convaincus de rejoindre le paradis, sur ordre de leur chef. On rapporte aussi leur goût pour le haschich qui aurait permis ce fanatisme, de là le nom d'Assassins.

Quand on arrive aux abords du village de Gazorkhan, sur la gauche de la photo, on se demande où peut bien être la citadelle, car on ne voit rien de spécial sur l'éperon rocheux à droite du village.

j 2 - alamut (7)

Les panneaux indiquent pourtant de contourner le rocher, et on tombe alors sur un petit sentier...

j 2 - alamut (9)

qui se transforme en escaliers vertigineux, puis en échaffaudages modernes. On parvient sur une première plateforme, et enfin on se rend compte qu'il y a des murs sur le haut du promontoire.

j 2 - alamut (91)

Un tunnel creusé dans la roche permet de faire communiquer les deux faces du rocher.

j 2 - alamut (41)

et de l'autre côté, on domine toute la vallée.

j 2 - alamut (20)

On gravit les dernières marches, pour tomber sur le gardien des lieux, monsieur Hussein, qui nous guidera parmis les ruines, après avoir partagé une mandarine.

j 2 - alamut (43)

Sous les toits de tôle, on peut observer les différentes strates de construction, de différentes époques.

j 2 - alamut (53)

Mais on n'est pas trop dans la veine vieilles pierres ce jour-là, tant les paysages désolés et la poèsie de ce lieu reculé nous fascinent.

j 2 - alamut (59)

On note l'ingéniosité des constructions et l'utilisation de tout l'espace, puisque des citernes d'eau ou des postes de garde sont construits jusqu'au bout de l'éperon rocheux.

j 2 - alamut (76)

Cindy et son foulard turkmène.

j 2 - alamut (86)

Après un long moment à déambuler parmis les bouts de mur, on redescend enfin, pour croiser les écolières timides du village... au sommet du rocher, on devine à peine les toits des fouilles.

j 2 - alamut (113)

et depuis la route qui conduit au village, à côté des ruches, on ne voit plus rien de la citadelle cachée.

j 2 - alamut (120)

C'est à pied qu'on quitte les lieux, une petite marche jusqu'au bled suivant, à quelques kilomètres, marche qui nous permet aussi de profiter de la vue sur les monts de l'Alborz, derrière lesquels se trouve Téhéran.

j 2 - alamut (144)

De retour en ville, après cette superbe journée qui clôt en beauté nos découvertes de l'Iran, on a rendez-vous avec Terme, qui veut nous faire voir le centre ville, et surtout nous faire rencontrer un ami musicien. On l'attend dans la cours de la mosquée Al-Nabi.

j 2 - qazvin (5)

Puis elle nous conduit dans les bains du Hamam Qajar, tout juste rénovés, qui présente l'habituel musée ethnographique.

j 2 - qazvin (14)

On poursuit notre découverte nocturne de la ville en descendant au fond d'une des anciennes citernes de la ville. L'Iran a toujours su développer des structures de gestion de l'eau d'envergure. Cette citerne enterrée à une quarantaine de mètres, désaffectée, a été attribuée à Seyfullah Shukri, un ami de Terme, qui est artiste...  

j 2 - qazvin (34)

La lumière nous montre la voie, un ample couloir un peu poussiéreux et on pénètre dans l'immense salle, convertie en atelier par Seyfullah, qui s'est spécialisé dans la recréation de vieux instruments classiques... qu'il joue avec virtuosité.

j-2---qazvin--44-.JPG

C'est assez fascinant d'admirer comment il façonne les essences rares, 

j 2 - qazvin (41)

et habitué à voyager à l'étranger pour présenter ses réalisations, comme pour la recréation de la Chang, la harpe millénaire des Perses, il nous offre un récital, en alternant l'écoute de sons étonnants qu'il tire de ses instruments en nous demandant de fermer les yeux, ou en nous demandant d'imaginer le son qu'il pourra tirer d'un petit bout de bois qui se transforme en saxophone!

j 2 - qazvin (45)

Un dodo bien mérité plus tard, il nous reste une belle journée ensoleillée à profiter de la ville.

j 3 - qazvin (57)

On commence par un petit arrêt dans la mosquée Jameh, avec ses enfants jouant au foot dans la vaste cour.

j 3 - qazvin (71)

On note la variété des motifs.

j 3 - qazvin (58)

Les angles et ruelles sont inombrables.

j 3 - qazvin (59)

On visite de nombreux mausolées, si caractéristiques du culte shiite, avec ces milliers de bouts de verre qui font briller les salles où reposent les gloires locales.

j 3 - qazvin (110)

j 3 - qazvin (114)

Qazvin, de par sa situation dans l'ouest du pays, a connu dans son histoire une présence importante de communautés étrangères, on trouve donc une église orthodoxe russe,

j 3 - qazvin (43)

Avec les tombes correspondantes.

j 3 - qazvin (48)

On voit aussi l'église arménienne, typique, 

j 3 - qazvin (50)

et son écriture si caractéristique.

j 3 - qazvin (53)

Il est temps pour Thomas de rafraichir un peu les cheveux, car on va enfin quitter l'hiver d'Asie Centrale.

j 3 - qazvin (103)

Et on finit notre journée, le soleil baisse, en visitant l'Imamzadeh Hossein, tombeau d'un des fils de l'Imam Reza. On avait commencé notre visite de l'Iran à Meshed, en visitant le tombeau de l'Imam Reza, on avait croisé son frère à Shiraz, sa soeur à Qom, on la termine avec son fils à Qazvin!

j 3 - qazvin (120)

j 3 - qazvin (115)

A deux pas de là, une esplanade sert de lieu commémoratif pour les morts de la guerre Iran-Irak, c'est le Mazar-e-Shohada.

j 3 - qazvin (123)

j 3 - qazvin (127)

On vous propose pour le plaisir deux petites photos d'une maison familiale, un palais fantastique qui ne sert plus que pour le plaisir des yeux.

j 3 - qazvin (74)

j 3 - qazvin (79)

Avant de repartir, Cindy après avoir eu sa dose de chou à la crème, attend sa dose de riz...

j 3 - qazvin (28)

j 3 - qazvin (32)

j 3 - qazvin (31)

On termine notre séjour iranien entre amis, avec Terme et son mari Majid, qui nous auront si gentiment accueillis.

j 3 - qazvin (6)

Et on termine ici, enfin, avec les articles que nous n'avions pas encore mis en ligne... on espère que vous aurez ressenti la chaleur des gens, la beauté des lieux, les saveurs de la cuisine et les charmes de cet Iran tant décrié...

Par yolistan - Publié dans : iran
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 6 janvier 2012 5 06 /01 /Jan /2012 11:16

Après notre promenade du bord de mer à Lisar, on se met au bord de la route pour arrêter le premier bus de passage... et on tombe sur un bus à destination de Téhéran, passant par Rasht. On pensait être presque arrivés à Rasht après 2 heures de trajet, mais les embouteillages et la taille de Bandar-e Anzali, le port de Rasht, font qu'on se fait lâcher en début de soirée, sur un rond point, complètement perdus, sans bien savoir où se trouve le quartier de notre hôte CS du soir... un peu de taxi, on se reperd, on continue à pied, on questionne une personne qui passe dans la rue, et coup de chance, il connaît notre rue... Au téléphone avec Fereidoun on avait un peu de mal à communiquer, on arrive donc un peu tard, mais lui et toute sa famille sauront nous faire oublier en 2 secondes la fatigue de la journée et le stress des transports.

Fereidoun, sa femme Maryam et leur remuant et sympathique fils Kuchi nous attendaient avec un festin. Très bon moment partagé dans la joie et les rires.

DSCN1103.JPG

Un salon à l'iranienne, lieu de réception de la famille ou des amis, on ne lésine pas sur la déco.

DSCN1095

Lendemain matin, bien tôt car nos hôtes partent travailler à 7h, on se rapatrie vers le bazar, où tout est fermé, mais on finit par trouver un petit lieu où prendre un petit déj comme on les aime, sur le pouce. Chai au menu, pour réchauffer l'organisme,

DSCN1110

Le papet sert les habitués de passage, en râlant contre les Etats-Unis...

DSCN1112

Il n'a pas l'air d'aimer plus que ça les étrangers, chose peu habituelle en Iran, mais nous sert quand même un bon bol parfumé d'haricots, un casse croûte de rêve.

DSCN1116

Du bazar, qui démarre vers 10h, on remarquera les poissons séchés, en production directe de la mer Caspienne,

DSCN1126

Les désormais habituels aulx marinés.

DSCN1125

Et dès qu'on voit un mec manoeuvrer et frire quelque chose, on se dit qu'on va miam miam...

DSCN1127

ça a l'air de pansements pour grands brûlés, mais non, ça se mange, une fine pâte fourrée de sucre roux épicé à la cannelle, un régal!

DSCN1132

DSCN1130

La journée est bien lancée à Rasht, la preuve ça bouchonne...

DSCN1138

Un petit tour au musée local, pas folichon, mais où on admire la maquette d'un château perdu dans la forêt qu'on compte aller visiter, le Qaleh Rudkhan.

DSCN1152

En chemin vers la mosquée rond point, on croise le peintre funéraire du quartier.

DSCN1169

Et on arrive à la pauvre tombe, qui se trouve encerclée par les voitures...

DSCN1184

On cherchait un office du tourisme, on finit dans le bureau de M. Ahmad, archéologue en chef de la zone, avec qui on partage thés et histoires, après avoir parcouru son mémoire d'étude de site, puisqu'il a fouillé le château de Lisar qu'on avait visité la veille.

DSCN1186

Avec le CS, dans des pays comme l'Iran ou la Russie, on a parfois le petit problème que plusieurs personnes souhaitent nous loger... et comme on s'est jamais décidés à aller dormir chacun chez un hôte différent, on ne peut rencontrer Hooman et sa soeur Marsah que pour un déjeuner.

DSCN1187

Mais quel repas! pour ne rien vous cacher, on se régale de Mirza ghasemi, anaar bij, baghaali ghaa togh et zeytoon parvard; arrosés de dough.

DSCN1190

Spécialités de la cuisine du Gilan, que Hooman, dynamique étudiant en fac d'ingénieur, qui a loupé son exam du matin même, et dont la soeur Marsah est sur le point de filer aux USA, voulait absolument nous faire découvrir. On n'a pas été déçus du détour...

DSCN1194

et son humour à Hooman était presque inhumain.

DSCN1200

Journée de sortie autour de Rasht, pour un premier stop dans un des lieux les plus touristiques du pays, presque désert puisqu'on est en plein hiver. La ville en terrasse de Masuleh.

DSCN0951

Le bon soleil du matin nous réveille en douceur, après un trajet depuis l'appart de Fereidoun à Rasht, en voiture, puis minibus, puis taxi, puis à pied...

DSCN0947

Il paraît que la luxuriance des lieux en été, où tout verdit, change l'impression de quiètude profonde qu'on ressent en cette matinée loin de tout... on aimerait pouvoir rester des mois et des mois à arpenter cet Iran diabolique.

DSCN0965

Et la demie heure réconfort avec du chai bien brûlant, on est tout simplement parfaitement bien.

DSCN0973

Mais on reprend quand même la route, en taxi, bus, puis à pied, pour nous rapprocher le plus possible du vallon, qu'il va falloir suivre pour atteindre notre château perdu dans les brumes... 

DSCN1027

Une brume ensorcelante nous guide au dessus du torrent et entre les arbres moussus.

DSCN1030

Et après un dernier effort et une petite ascension de 45 minutes, les donjons apparaissent enfin, on atteint enfin le Qaleh Rudkhan.

DSCN1041

Fantastique château Seldjukide, on se retrouve une nouvelle fois seuls maîtres à bord, car hormis le gardien enfermé dans sa cahute à l'entrée, personne!

DSCN1048

Après une belle visite du lieu, le soleil nous dit presque au revoir, il va falloir descendre, marcher ou faire du stop pour le village de Fiuman, où on devrait trouver un bus ou un taxi collectif pour revenir à Rasht, avant un autre taxi coll ou à pied, pour enfin rejoindre notre port du soir, chez Fereidoun... un vrai boulot de voyager!

DSCN1069

La zone, proche de la mer Caspienne, connaît certaines zones bien humides, où on peut même produire du thé, un peu comme en bord de mer Noire vers Rize et Trabzon dans notre Turquie... les vaches en plus! 

DSCN1080

Le temps file, notre vol vers l'Inde en passant par Dubaï depuis Téhéran approche, on voudrait encore voir tellement de lieux dans cette zone nord ouest du pays, mais on se résoud à ne faire qu'un arrêt avant notre retour à Téhéran chez Sasan et Razieh, ça sera Qazvin.

Par yolistan - Publié dans : iran
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Présentation

Catégories

Cartes de notre parcours

Voici notre parcours depuis le début du voyage:

trajet-copie-1

 

en Turquie et dans le Caucase:

caucase.JPG

 

en Asie centrale, de Aktau à Tashkent:

centralasia-1.JPG

 

et de Tashkent à Mashad:

carte-asie-centrale-2.JPG

 

en Iran: carte-iran.JPG

 

et notre premier mois en Inde:

carte-inte.JPG

Images Aléatoires

  • i a
  • bot j
  • a a
  • bot i
  • a 91
  • j i

Recherche

Calendrier

Octobre 2014
L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    
<< < > >>

Créer un Blog

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés