iran

Vendredi 6 janvier 2012 5 06 /01 /Jan /2012 11:16

Après notre promenade du bord de mer à Lisar, on se met au bord de la route pour arrêter le premier bus de passage... et on tombe sur un bus à destination de Téhéran, passant par Rasht. On pensait être presque arrivés à Rasht après 2 heures de trajet, mais les embouteillages et la taille de Bandar-e Anzali, le port de Rasht, font qu'on se fait lâcher en début de soirée, sur un rond point, complètement perdus, sans bien savoir où se trouve le quartier de notre hôte CS du soir... un peu de taxi, on se reperd, on continue à pied, on questionne une personne qui passe dans la rue, et coup de chance, il connaît notre rue... Au téléphone avec Fereidoun on avait un peu de mal à communiquer, on arrive donc un peu tard, mais lui et toute sa famille sauront nous faire oublier en 2 secondes la fatigue de la journée et le stress des transports.

Fereidoun, sa femme Maryam et leur remuant et sympathique fils Kuchi nous attendaient avec un festin. Très bon moment partagé dans la joie et les rires.

DSCN1103.JPG

Un salon à l'iranienne, lieu de réception de la famille ou des amis, on ne lésine pas sur la déco.

DSCN1095

Lendemain matin, bien tôt car nos hôtes partent travailler à 7h, on se rapatrie vers le bazar, où tout est fermé, mais on finit par trouver un petit lieu où prendre un petit déj comme on les aime, sur le pouce. Chai au menu, pour réchauffer l'organisme,

DSCN1110

Le papet sert les habitués de passage, en râlant contre les Etats-Unis...

DSCN1112

Il n'a pas l'air d'aimer plus que ça les étrangers, chose peu habituelle en Iran, mais nous sert quand même un bon bol parfumé d'haricots, un casse croûte de rêve.

DSCN1116

Du bazar, qui démarre vers 10h, on remarquera les poissons séchés, en production directe de la mer Caspienne,

DSCN1126

Les désormais habituels aulx marinés.

DSCN1125

Et dès qu'on voit un mec manoeuvrer et frire quelque chose, on se dit qu'on va miam miam...

DSCN1127

ça a l'air de pansements pour grands brûlés, mais non, ça se mange, une fine pâte fourrée de sucre roux épicé à la cannelle, un régal!

DSCN1132

DSCN1130

La journée est bien lancée à Rasht, la preuve ça bouchonne...

DSCN1138

Un petit tour au musée local, pas folichon, mais où on admire la maquette d'un château perdu dans la forêt qu'on compte aller visiter, le Qaleh Rudkhan.

DSCN1152

En chemin vers la mosquée rond point, on croise le peintre funéraire du quartier.

DSCN1169

Et on arrive à la pauvre tombe, qui se trouve encerclée par les voitures...

DSCN1184

On cherchait un office du tourisme, on finit dans le bureau de M. Ahmad, archéologue en chef de la zone, avec qui on partage thés et histoires, après avoir parcouru son mémoire d'étude de site, puisqu'il a fouillé le château de Lisar qu'on avait visité la veille.

DSCN1186

Avec le CS, dans des pays comme l'Iran ou la Russie, on a parfois le petit problème que plusieurs personnes souhaitent nous loger... et comme on s'est jamais décidés à aller dormir chacun chez un hôte différent, on ne peut rencontrer Hooman et sa soeur Marsah que pour un déjeuner.

DSCN1187

Mais quel repas! pour ne rien vous cacher, on se régale de Mirza ghasemi, anaar bij, baghaali ghaa togh et zeytoon parvard; arrosés de dough.

DSCN1190

Spécialités de la cuisine du Gilan, que Hooman, dynamique étudiant en fac d'ingénieur, qui a loupé son exam du matin même, et dont la soeur Marsah est sur le point de filer aux USA, voulait absolument nous faire découvrir. On n'a pas été déçus du détour...

DSCN1194

et son humour à Hooman était presque inhumain.

DSCN1200

Journée de sortie autour de Rasht, pour un premier stop dans un des lieux les plus touristiques du pays, presque désert puisqu'on est en plein hiver. La ville en terrasse de Masuleh.

DSCN0951

Le bon soleil du matin nous réveille en douceur, après un trajet depuis l'appart de Fereidoun à Rasht, en voiture, puis minibus, puis taxi, puis à pied...

DSCN0947

Il paraît que la luxuriance des lieux en été, où tout verdit, change l'impression de quiètude profonde qu'on ressent en cette matinée loin de tout... on aimerait pouvoir rester des mois et des mois à arpenter cet Iran diabolique.

DSCN0965

Et la demie heure réconfort avec du chai bien brûlant, on est tout simplement parfaitement bien.

DSCN0973

Mais on reprend quand même la route, en taxi, bus, puis à pied, pour nous rapprocher le plus possible du vallon, qu'il va falloir suivre pour atteindre notre château perdu dans les brumes... 

DSCN1027

Une brume ensorcelante nous guide au dessus du torrent et entre les arbres moussus.

DSCN1030

Et après un dernier effort et une petite ascension de 45 minutes, les donjons apparaissent enfin, on atteint enfin le Qaleh Rudkhan.

DSCN1041

Fantastique château Seldjukide, on se retrouve une nouvelle fois seuls maîtres à bord, car hormis le gardien enfermé dans sa cahute à l'entrée, personne!

DSCN1048

Après une belle visite du lieu, le soleil nous dit presque au revoir, il va falloir descendre, marcher ou faire du stop pour le village de Fiuman, où on devrait trouver un bus ou un taxi collectif pour revenir à Rasht, avant un autre taxi coll ou à pied, pour enfin rejoindre notre port du soir, chez Fereidoun... un vrai boulot de voyager!

DSCN1069

La zone, proche de la mer Caspienne, connaît certaines zones bien humides, où on peut même produire du thé, un peu comme en bord de mer Noire vers Rize et Trabzon dans notre Turquie... les vaches en plus! 

DSCN1080

Le temps file, notre vol vers l'Inde en passant par Dubaï depuis Téhéran approche, on voudrait encore voir tellement de lieux dans cette zone nord ouest du pays, mais on se résoud à ne faire qu'un arrêt avant notre retour à Téhéran chez Sasan et Razieh, ça sera Qazvin.

Par yolistan - Publié dans : iran
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 5 janvier 2012 4 05 /01 /Jan /2012 03:35

Après une bonne nuit de bus depuis Téhéran, on arrive très tôt à la station de bus glaciale de Tabriz... un bon thé plus tard, on saute dans un taxi pour rejoindre notre hôte CS local, Taher. Il nous accueille les bras grands ouverts, à l'étage de l'appartement réservé à l'accueil des amis et invités. Et un bon accueil se fait autour d'un délicieux asheh et d'un bon menemen (soupe d'épinard ou d'oseille et omelette).

a---tabriz--1-.JPG

Mention spéciale pour l'aïl mariné, qui fond dans la bouche!

a - tabriz (2)

Requinqués, on part découvrir le fameux bazar de Tabriz, ville fameuse pour ses poètes, mais surtout pour ses marchands. On est en terre Azéri, Cindy peut à nouveau jouer de son turc et on remarque tout de suite la relative opulence de cette communauté.

a - tabriz (3)

Les allées du bazar sont pimpantes et les coupoles ont été bien rénovées.

a---tabriz-s--1-.JPG

A la recherche de la zone de l'or, ou celle des petits-déjeuners, on tombe sur deux jeunes étudiants, qui s'offrent en anglais de nous guider dans les ruelles. Belles discussions et bon moment passé ensemble.

a - tabriz (5)

On se rend compte quand même que la ville est un peu endormie, on est vendredi, peut-être que les gens attendent d'aller voir cette lumière qui perce par le toit.

a - tabriz s (2)

La mosquée Saheb Alamr marque une petite découverte et la fin de notre tour du bazar.

a - tabriz (4)

On continue notre tour par la visite de la fameuse Moquée Bleue de la ville, endommagée par le temps et les tremblements de terre.

a - tabriz (8)

Un vieux monsieur garde endormi les lieux, on apprécie les volumes,

a - tabriz (9)

et on est frappés par la somptuosité et la châleur de ces faïences bleues conservées.

a - tabriz (10)

On traverse la rivière Talkheh et on rejoint le parc des poètes, avec le mausolée des poètes, dont Shariyar.

a - tabriz (6)

Pour vous donner une idée, voici un de ses poèmes:

 

 


  A deux pas de là, la tombe de Seyyed Hamze et sa mosquée attenante...

a - tabriz (7)

Dans le musée de la ville, on profite des habituels bouts de poterie et pièces de monnaies... jusqu'à tomber, dans la salle du sous-sol, sur ces êtres violents et effrayants. Une attaque en règle des armes atomiques, par Ahad Hosseini, natif de la ville. Le nom ne vous dit rien, mais ce monsieur est venu vivre en France et est à l'origine des marionnettes des Guignols.

a - tabriz (11)

On finit cette longue journée dans l'église Sainte Marie, dont Marco Polo parle dans ses récits de voyage...

a - tabriz (12)

Elle est aujourd'hui surtout fréquentée par les Arméniens.

a - tabriz (13)

On tourne pas mal dans le quartier, avant d'enfin trouver la petite ruelle, de sonner et de patienter un bon moment avant qu'un vieux monsieur, débonnaire, vienne nous ouvrir la porte et nous laisser passer quelques instants en ce lieu de recueillement.

a - tabriz (14)

Le lendemain, on continue notre périple local par un tour au beau parc d'El-Goli et son grand bassin. Il fait frais, mais le coeur y est.

a - tabriz (15)

Et Taher nous emmène en fin de journée découvrir le quartier à la mode de la ville, Valiasr. On tombe bien sûr sur une spécialité locale, le méga cookie à la pistache, dont Cindy se délecte!

a - tabriz (16)

Contactés par un autre memebre du couchsurfing, tout juste inscrit sur le site, sans aucune référence ni ami, mais avec une grande envie de nous recevoir, on décide d'aller rencontrer Jafar. Qui plus est parce qu'il habite chez sa grand-mère à Osku, à deux pas de la ville troglodyte de Kandovan, un lieu que nous voulions vraiment découvrir. Il vient nous chercher à Tabriz, on roule de nuit en s'enfonçant dans la campagne, on arrive dans une petite ville endormie, en lisière du lieu, on s'arrête devant une vieille bâtisse déglinguée, on pénètre dans la cour, on entre dans une petite maison, on pose les affaires, Jafar nous indique notre lit et nous demande de l'attendre quelques instants, car il faut qu'il s'occupe de ses oiseaux...

b - kandovan (3)

On vient d'arriver dans une ancienne maison familiale, où Jafar a décidé de lancer un élevage d'oiseaux. Dans les deux caves, une vraie pouponnière d'oisillons.

b - kandovan (1)

b - kandovan (7)

b - kandovan (5)

b - kandovan (4)

b - kandovan (8)

Les Iraniens ont une vraie relation privilégiée avec les volatiles, raffinement qui rejoint le goût pour la poèsie ou la bonne chère.

b - kandovan (6)

Après avoir nourri les oiseaux, Jafar et son meilleur ami Hadi nous emmènent manger quelques brochettes dans un restaurant du coin, et on partage encore un thé avant de roupiller un peu, jusqu'au lendemain.

b - kandovan (9)

Pour vous donner un peu une idée du zozo surlequel nous sommes tombés, voici 4 photos qui se trouvent sur son profil Couchsurfing, donc rien de privé... en vendeur de sandales en plastique chinoises...

b - kandovana (3)

Jafar en mode collection working man...

b - kandovana (1)

Jafar en kamikaze de la ceinture...

b---kandovana--4-.jpg

Et enfin, Jafar en mollah de Qom...

b - kandovana (2)

Le lendemain matin, on prend la voiture et on file à travers un paysage enneigé.

b - kandovan (10)

Le soleil réchauffe juste assez pour pouvoir profiter des premières cavités qu'on croise sur la route.

b - kandovan (11)

Et on arrive enfin à Kandovan, la Cappadoce iranienne, qui est moins étendue que sa cousine turque, mais tout aussi impressionnante.

b - kandovan (12)

Pour relancer les machines, on a besoin d'un bon petit déj, chai et menemen aux oeufs bien frais, avec le pain qui sort tout juste de son four... un plaisir simple.

b - kandovan (14)

On part ensuite à la recherche du meilleur point de vue pour la bonne photo, il faut escalader dans la neige...

b - kandovan (15)

On déambule ensuite dans le village, jusqu'à atteindre un piton qui le domine, et nous offre une vue plongeante sur les épines domestiquées.

b - kandovan (16)

Dernière prise de vue de la joyeuse bande, on est aux anges pour cette belle visite.

b - kandovan (17)

Mais notre voyage continue, Jafar nous met dans un taxi pour Tabriz, où l'on recroise Taher un moment, puis il nous dépose à la station de bus, et quelques heures plus tard, on arrive à Ardabile, ville un peu oubliée, même en Iran, mais qui fut une ville importante à l'époque Safavide.

c-ardabile--1-.JPG

Le monument le plus connu, inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco, est la tombe de Sheikh Safi, avec sa petite structure arrondie si réussie.

c-ardabile (6)

L'intérieur est richement décoré, mais en restauration.

c-ardabile (3)

et la pièce la plus impressionnante est à coup sûr la salle chinoise, le Chini Khaneh, qui nous montre que nous sommes bien à une étape de la route de la Soie, puisqu'un souverain local a pu se faire sa propre exposition de chinoiseries...

c-ardabile (5)

A la sortie, dans les quelques boutiques pour riches commerçants du bazar qui décorent leurs maisons dans des styles assez kitsch pour nous, on peut acquérir Don Quichotte, Vercingétorix ou encore un buste de Marie-Antoinette...

c-ardabile (7)

Comme toute ville iranienne qui se respecte, on a droit à visiter les anciens bains des femmes du harem, renconvertis en musée ethnographique.

c-ardabile (8)

On y croise les métiers locaux, ou les occupations préférées des hommes, et on pense tendrement à notre ami Shady, resté à Istanbul.

c-ardabile (9)

c-ardabile (10)

En nous promenant aux abords du bazar, on tombe sur la salle de Sulkhane locale, une ancienne église chrétienne reconvertie, mais les horaires des séances de gymnastique de la lutte ne colleront pas cette fois-ci pour qu'on profite du spectacle.

c-ardabile (11)

c-ardabile (12)

Et enfin, pour marquer le coup, et malgré les couleurs peu réjouissantes, une salle de shoot à la gouzha, autre forme de fumer le tabac à narguilé, c'est un peu le bar du coin... on n'osera pas aller s'attabler avec les mecs, malgré leur invitation timide.

c-ardabile (13)

A Ardabile, on a posé nos sacs pour une soirée chez Leila, qui vit chez ses parents, juste derrière le bazar, où son père fait de belles affaires si on considère la taille de la maison où elle nous accueille. Comme d'habitude, on peut par le CS vivre un week-end à l'iranienne, puisqu'on a droit à un dimanche après-midi en famille, avec la visite d'une tante, d'un cousin, et des maris, femmes et enfants correspondants... on est une bonne quinzaine dans la maison à manger des pâtisseries et des oranges, en papotant en famille.

c-ardabile (14)

Ardabile est quasiment la pointe nord ouest du pays, puisque on est tout juste à 30 kms de la frontière de l'Azerbaijan, il nous faut donc redescendre vers le sud, en longeant à nouveau la mer Caspienne qu'on avait traversé entre Baku et Aktau quatre mois plus tôt... Notre belle boucle vient de se refermer, on va rejoindre Téhéran, pour prendre notre avion vers l'Inde, et engager une nouvelle partie du voyage.

En chemin, on opte pour deux visites, Rasht et sa région, puis Qazvin et la sienne.

On quitte le plateau d'Ardabile et on retrouve la grise mer Caspienne, par une journée bien terne... mais qui ne nous empêche pas un petit arrêt dans le petit bled de Lisar.

d-lisar--1-.JPG

Au sommet d'une colline, un vieux château en ruine, 

d-lisar (2)

On est aux portes du Gilan, région riche en production agricole.

d-lisar (3)

d-lisar (4)

Et Cindy lutte contre la grisaille ambiante, en faisant une razzia sur la boîte de dattes, achetée la veille au bazar d'Ardabile.

d-lisar (5)

  Thomas tentera même de venir mettre un pied dans l'eau, mais le temps n'est pas vraiment à la baignade.

d-lisar (6)

et c'est sûr cette image de la côte, vers le nord, que nous terminons cet article de notre passage dans l'Azerbaycan iranien, région propspère et tellement plus proche de la Turquie que de l'Iran...

d-lisar (7)

Par yolistan - Publié dans : iran
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Présentation

Catégories

Cartes de notre parcours

Voici notre parcours depuis le début du voyage:

trajet-copie-1

 

en Turquie et dans le Caucase:

caucase.JPG

 

en Asie centrale, de Aktau à Tashkent:

centralasia-1.JPG

 

et de Tashkent à Mashad:

carte-asie-centrale-2.JPG

 

en Iran: carte-iran.JPG

 

et notre premier mois en Inde:

carte-inte.JPG

Images Aléatoires

Recherche

Calendrier

Avril 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        
<< < > >>

Créer un Blog

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés